admin Pas de commentaire

Mise à disposition d’un logement par une société

 Suite et peut-être pas fin …

 

Dans une News précédente nous vous informions de la future harmonisation du facteur multiplicateur pour la détermination de l’avantage en nature suite à la mise à disposition d’un logement par une société.

Rappel :

Lorsqu’un logement non-meublé est mis à disposition d’un travailleur ou d’un dirigeant par une société, le fisc considérait, jusqu’à présent, que le travailleur ou le dirigeant recevait un avantage en nature imposable, évalué forfaitairement à 100/60 du revenu cadastral indexé, multiplié par un facteur 1,25 ou 3,8 (selon que le revenu cadastral non-indexé est inférieur ou non à 745 €).
Dorénavant, un accord gouvernemental prévoit un forfait unique :

revenu cadastral indexé x 100/60 x 2

Cet accord gouvernemental a été publié aux MB du 27 décembre 2018 / AR du 07 décembre 2018.

L’application généralisée de ce facteur « 2 » vaut uniquement pour l’avenir, c’est-à-dire pour les avantages payés ou attribués à partis du 1er janvier 2019.

Ainsi, en ce qui concerne le passé et plus précisément 2018, les choses demeurent inchangées. En effet, l’ancien AR, avec ses multiplicateurs de 1.25 et 3.8, n’est pas abrogé. Il sera cependant toujours possible de se prévaloir de la concession faite par l’Administration selon laquelle, pour le passé, l’avantage peut être limité à 100/60 du revenu cadastral.

Suite et peut-être pas fin …

 

Si les contribuables qui se voyaient appliquer un multiplicateur de 3.8 voient cette « réforme » d’un bon œil, il n’en va naturellement pas de même pour ceux qui bénéficiaient de 1.25 …

Pour rappel cette uniformisation du coefficient multiplicateur trouve son origine dans de nombreux arrêts des cours et tribunaux qui donnaient droit aux contribuables qui refusaient de se voir appliquer ce multiplicateur de 3.8. La justification étant qu’il n’existait aucune base légale quant à la différence d’application de coefficient : c’était donc discriminatoire.

Le Conseil d’Etat a émis si pas des critiques, pour le moins un avis plus que nuancé quant à cette modification législative. En effet, le choix de ce « 2 » ne repose sur aucun fondement suffisant et a été fixé de façon arbitraire. Il ressortirait en effet qu’aucune étude digne de ce nom n’a été effectuée et que ce « 2 » ne soit que le résultat de quelques coups de sonde…

Il ne fait aucun doute que d’autres recours vont, de nouveau être introduits …

A suivre, donc…

Télécharger le PDF de l’actualité

 

admin Pas de commentaire

Versements Anticipés d’impôts exercice 2020 revenus 2019

Attention ! Changement de numéro de compte

Les versements anticipés pour l’exercice d’imposition 2020 (revenus 2019) doivent être exécutés, aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers sur un nouveau numéro de compte : BE61 6792 0022 9117 du Centre de Perception – Service des Versements anticipés

Pour tout renseignement complémentaire quant à cette problématique, nous contacter ou vous rendre su le site du SPF finances

https://finances.belgium.be/fr/particuliers/declaration_impot/versements_anticipes

Télécharger le PDF de l’actualité

 

admin Pas de commentaire

UN REPORT AU 30 SEPTEMBRE 2019 POUR LE REGISTRE UBO

Le ministre des Finances Alexander De Croo a annoncé que la date   limite pour l’enregistrement des données des bénéficiaires effectifs dans le   registre UBO est reportée au 30 septembre 2019. 

Le report s’applique à toutes les parties,   tant pour les entreprises qui souhaitent remplir elles-mêmes leurs   obligations que pour les mandataires qui les aident à le faire. 

Ainsi, les experts-comptables et/ou les   conseils fiscaux, toutes les sociétés belges et autres entités disposent d’un   délai supplémentaire pour procéder en toute sérénité à cet enregistrement   obligatoire.

Télécharger le PDF de l’actualité

 

Julien Decresson Pas de commentaire

10 Conseils pour démarrer votre activité

référence: Trends Top Guide Starters // article paru en décembre 2018

 

105.789 hommes et femmes ont lancé leur propre commerce en 2017. Le nombre de starters augmente chaque année : en 10 ans, nous avons constaté une croissance de près de 28 pour cent. Hélàs, 30 pour cent de ces nouvelles entreprises disparaissent déjà dans les cinq ans qui suivent leur démarrage. (Service d’étude SNI)

 

Comment cela se fait-il? Les starters ne sont souvent pas suffisamment préparés à l’entrepreneuriat et aux tracasseries administratives qui y sont associées. D’autres facteurs peuvent également étouffer une success story dans l’oeuf. Nous vous donnons 10 tuyaux qui constituent la base du succès et que chaque starter devrait garder à l’esprit, non seulement lorsqu’il démarre son activité mais également par la suite.

 

  1. Veillez à vous familiariser avec tous les marchés ou faites-vous bien entourer

Un entrepreneur doit, pour ainsi dire, être un homme à tout faire. Malheureusement, un entrepreneur ne peut s’occuper uniquement de sa propre spécialité. En effet, chaque entrepreneur doit en outre continuellement s’occuper du marketing, de l’administration, des finances, etc. Ces tâches supplémentaires sont souvent fastidieuses et frustrantes, mais un entrepreneur prospère en comprend l’importance et il y consacre suffisamment de temps, afin que tout continue à aller comme sur des roulettes. On exige des entrepreneurs qu’ils soient résistants au stress, qu’ils aient l’esprit ouvert et qu’ils soient flexibles, mais c’est en forgeant que l’on devient forgeron. Si vous n’y connaissez rien aux chiffres ou à la correspondance, faites-vous assister par un professionnel qui reprendra vos tâches les plus ardues et vous permettra de vous consacrer ainsi à vos tâches préférées. Vous n’êtes pas toujours obligé de vous faire assister par un comptable ou par un expert-comptable, mais c’est souvent recommandé. En effet, ils connaissent les trucs et astuces de la législation fiscale sur le bout des doigts et ils pourront vous assister et vous conseiller au mieux.

 

  1. Examinez la faisabilité de votre idée

Tout le monde est à la recherche d’un créneau. Cependant, est-il absolument nécessaire de se montrer super-innovant ou mégacréatif, voire même d’utiliser des technologies de pointe ? Non, une bonne idée peut être très simple mais forte parce qu’elle répond immédiatement à un besoin existant. Lorsque vous avez une idée, que celle-ci soit ou non lumineuse, il est donc sensé d’examiner si elle est applicable en réalisant une étude de faisabilité. Qui sont vos clients potentiels et quel est leur nombre ? à quel endroit et à quel moment votre idée sera-t-elle la plus efficace ? Et surtout, pouvez-vous développer cette idée à un prix coûtant qui correspond au budget disponible de votre client ? Il vous sera déjà très utile d’ouvrir grands vos yeux et vos oreilles. Cependant, des professionnels pourront également vous aider et vous conseiller lors de la réalisation d’une étude de faisabilité. Dans le même temps, il est préférable que vous vérifiez si aucune autre personne n’a eu la même idée formidable. Vous pouvez vous rendre sur le site web suivant afin d’effectuer cette vérification et de sauvegarder votre idée : www.beschermmijnidee.be.

 

  1. Recherchez la compagnie de personnes de confiance

Dans le prolongement de l’étude de faisabilité, la contribution de votre famille et de vos amis peut s’avérer précieuse. Expliquez-leur vos projets et demandez-leur de vous faire part de leur avis sincère, non seulement au sujet de votre idée mais également de votre aptitude à mettre en oeuvre des projets. Les personnes de votre entourage immédiat vous connaissent bien et elles vous veulent du bien, ce qui les rend si appréciables. Soyez à l’écoute de leurs préoccupations quant à la compatibilité entre l’idée et vos talents et connaissances, réfléchissez

ensemble à l’impact sur votre vie privée et vos loisirs, demandez-leur des informations relatives à leurs expériences entant qu’entrepreneur, etc. Les avis bienveillants toucheront parfois une corde sensible, mais ils vous permettront de garder les pieds sur terre et de bien évaluer la différence entre le rêve et la réalité. Servez-vous du réalisme de votre famille et de vos amis pour bâtir votre avenir sur des fondations solides.

 

  1. Développez linfrastructure financière adéquate

Avoir une idée est un début, mais celle-ci doit trouver sa place dans un business model complet, dont l’étude de faisabilité et le plan financier sont des éléments primordiaux. Chaque démarrage d’une activité coûte de l’argent et c’est à vous qu’il revient d’en déterminer le montant exact et la provenance. établissez un plan équitable et réaliste pour les trois premières années, si besoin est avec l’aide de votre comptable ou de votre expert-comptable, et prévoyez les marges nécessaires pour que votre idée ait suffisamment de temps pour se développer et croître. Cela serait vraiment dommage qu’une bonne idée finisse trop tôt à la poubelle parce que le plan financier n’était pas suffisamment solide ou pas suffisamment réaliste pour pouvoir obtenir un crédit auprès d’une banque. Les starters qui prennent le temps nécessaire pour tout examiner peuvent compter sur de très nombreuses mesures financières de soutien et il existe également un certain nombre de modes de financement alternatifs tels que le crowdfunding et le prêt coup de pouce. Gardez également toujours bien à l’esprit que le démarrage de votre activité ne doit pas seulement permettre à votre idée de survivre mais que vous devez également pouvoir en vivre. Des réserves financières suffisantes vous donnent le répit nécessaire pour vous permettre de travailler de manière acharnée et de profiter des résultats de ce travail.

 

  1. Informez-vous au sujet des obligations administratives

En dépit de toutes les tentatives de simplification administrative, l’entrepreneuriat dans notre pays induit toujours beaucoup de paperasserie. Le guichet d’entreprise est le point de départ grâce auquel vous pouvez trouver de nombreuses informations. Cependant, un starter doit également garder à l’esprit le contexte global. Prenez contact avec votre ville ou votre commune afin de vous enquérir des éventuelles autorisations et procédures, discutez

avec des entrepreneurs existants de votre secteur et demandez leur de partager leurs expériences et leurs tuyaux, contactez une organisation professionnelle d’assistance, etc. Beaucoup des informations ainsi obtenues s’avéreront à terme appréciables et elles vous permettront d’éviter les embrouilles ou les déconvenues financières.

 

  1. Gardez la paperasserie sous contrôle

Un entrepreneur est tous les jours submergé de factures, de courriers, d’e-mails et de messages Whatsapp. Ne vous laissez pas envahir par toutes ces formes de communication. Partez du principe que chaque courrier ou chaque message est important et prenez le temps de les lire consciencieusement.

Si vous n’êtes pas d’accord avec quelque chose, réagissez par écrit ou transmettez vos remarques à votre comptable ou à votre avocat qui pourra réagir en votre nom. Au début, cela peut s’avérer difficile de garder l’ensemble de la paperasserie sous contrôle. Recherchez cependant un système qui travaille pour vous et qui vous permet de traiter toute cette paperasse à temps et de manière correcte.

 

  1. Apprenez à connaître vos clients et vos concurrents

Dans votre étude de faisabilité, vous avez déjà déterminé votre public cible, mais vous prenez régulièrement le temps de communiquer avec vos clients. Vous pouvez peut-être renforcer votre idée et votre entreprise grâce à leurs remarques ou leurs suggestions et une critique constructive est souvent d’une valeur inestimable. à l’autre bout de la chaîne se trouvent vos concurrents, qui peuvent s’avérer tout aussi précieux. Un concurrent avisé ne vous laisse naturellement pas profiter tout simplement de ses connaissances, mais il peut pourtant s’avérer un collègue et un allié dans des périodes difficiles.

Prenez le temps de participer à des événements de networking dans votre quartier ou affiliez-vous à une organisation professionnelle et profitez des connaissances et de l’expérience acquises par vos collègues et vos concurrents.

 

  1. Récoltez les fruits dune bonne première impression

Tous les starters souhaitent faire bonne figure et laisser une première impression forte. Pensez cependant que ce sont surtout votre personnalité et votre concept qui doivent convaincre les gens, et pas le bureau où vous recevez les clients ni la voiture avec laquelle vous circulez. Oui, vous devez avoir l’air professionnel. Cependant, un bureau luxueux fera généralement une moins bonne impression qu’un entretien sincère au cours duquel vous esquissez une vision claire de ce que cela peut représenter pour les clients de travailler avec vous. Comme chaque rencontre peut vous faire gagner un nouveau client, veillez à mettre en avant à tout moment de la journée vos qualités d’entrepreneur et votre professionnalisme.

 

  1. Apprenez tous les jours

L’inaction n’est certainement pas une option pour les entrepreneurs. Vos clients s’attendent à ce que vous soyez informé à tout moment au sujet des nouveaux produits, des nouvelles méthodes et des nouvelles évolutions. Par conséquent, vous devez répondre à cette attente pour pouvoir prospérer et perdurer. Inscrivez-vous aux différentes newsletters traitant de votre activité, abonnez-vous au magazine de votre organisation professionnelle et suivez les formations nécessaires. De cette manière, vous pourrez toujours démontrer à vos clients que vous ne craignez pas les nouveautés et que vous souhaitez continuer à améliorer votre service. En outre, les pouvoirs publics peuvent également vous prêter main-forte. Des séances d’information sont régulièrement proposées aux entrepreneurs sur les différents sites web des pouvoirs publics. Jetez-y de temps à autres un coup d’oeil et bénéficiez de cette offre.

 

  1. Profitez de la vie

Le fait de lancer son propre commerce et de le faire tourner requiert une énergie phénoménale et occupera au début tout votre temps. Veillez cependant à maintenir un équilibre entre votre travail et votre vie privée. En consacrant du temps à votre famille et à vos amis, vous ne vous accordez pas seulement des moments d’indispensable détente, mais vous vous assurez également de leur soutien indéfectible. Ils peuvent dès lors tout aussi bien vous soutenir dans les moments difficiles que vous tenir compagnie lorsque vous célébrez vos succès. Il est crucial que vous restiez motivé. Cette motivation découle très souvent de petits succès, certainement au début. Célébrez donc chaque succès et chaque aubaine avec votre entourage proche, qui se sentira ainsi encore plus impliqué et vous apportera volontiers davantage de soutien dans les moments difficiles.

Télécharger le PDF de l’actualité